SERPENT + BANDIT BANDIT

Photo des groupes de musique Serpent et Bandit Bandit
Production : Quai M
QUAI M, Delta - Debout / Assis
Si vous aimez : THE KILLS / THE STROKES / QUEENS OF THE STONE AGE

Serpent. Ils avancent à bas bruit, sournois et menaçants comme cette époque incertaine. Les morsures, multiples, n’en seront que plus terribles. Celle des guitares qui cisaillent méthodiquement l’espace, celle d’une rythmique qui tranche à vif, et cette voix convulsive, belliqueuse, qui ne lâchera le morceau qu’une fois vaincu, exsangue, au terme d’un assaut éclair.

serpent-david-maurel-bd2.jpg serpent-david-maurel-bd2.jpg serpent-david-maurel-bd2.jpg serpent-david-maurel-bd2.jpg serpent-david-maurel-bd2.jpg serpent-david-maurel-bd2.jpg serpent-david-maurel-bd2.jpg
David Maurel

Post-punk, post-funk et post-moderne, Serpent déchiquette aussi les étiquettes. Parmi eux, on reconnaîtra Mathieu Lescop, chanteur échappé jadis d’Asyl et qui a depuis réussi l’épineuse équation d’une cold-wave française aux réchauffements pop sur deux albums (Lescop et Echo) remarquables et remarqués. En mai 2019, ils se retrouvent en salle de répétition avec son batteur habituel, Wend Kill, les deux guitaristes Martin Uslef et Adrian Edeline, le bassiste Quentin Rochas. Après un premier EP Time for a rethink (sorti en 2020), ils sont de retour avec le second Ep plein de promesses : Dysfunktion ! La vitesse, l’intensité, une certaine forme d’insouciance, les guident dans cette jungle sonique quelque part entre Gang Of Four, A Certain Ratio, Devo ou les Public Image Limited. Tous ont aussi en tête les répliques contemporaines de ces chocs thermiques punk-funk ou noise-cold, des Canadiens de Crack Cloud aux Anglais de Life en passant par The Rapture.

bandit-bandit-bd.jpg bandit-bandit-bd.jpg bandit-bandit-bd.jpg bandit-bandit-bd.jpg bandit-bandit-bd.jpg bandit-bandit-bd.jpg bandit-bandit-bd.jpg

BANDIT BANDIT

Le rock, mais plus encore. Révélé il y a quelques saisons grâce au potentiel abrasif de ses riffs, le duo formé par Maëva et Hugo impose sa stylistique musicale pour le moins singulière dans l’hexagone, ainsi qu’une aisance insolente à manier la langue française, grâce à son épatant premier album, 11 :11. En 2019, c’est le premier concert, le premier clip, les premières sessions en studio. Le patronyme de Bandit Bandit, lui, a vu le jour lors d’une séance photo avec un ami, dans un décor désertique, bardés de foulards, santiags et pistolets. Après deux EP électrifiants, Bandit Bandit et Tachycardie, il s’agissait, pour le duo, d’« aller voir plus loin que le rock » sur un 11 :11 réalisé par Azzedine Djelil (Rita Mitsouko, Catherine Ringer, Minuit, Lulu Van Trapp…). De mélanger les genres, de cultiver le champ pop dans toute son amplitude avec, comme fil rouge entre le rock brut et l’alternatif plus sophistiqué. Leur musique débridée, résonne fort tout au long d’un album dévorant d’un désir aussi insatiable que contagieux.