Médiation
 

À L'ABORDAGE !

INTERVIEW D'ESTELLE - RESPONSABLE DES ACTIONS CULTURELLES

Rencontre avec Estelle, Responsable des Actions Culturelles au Quai M, autour du festival « À l’abordage ».

Le groupe Ella Foy devant une classe de CP de l'école Anita Conti de La Ferrière

 

Quand et comment est né le projet « À l’abordage » ?

Estelle : ce projet a été initié l’année dernière, dans le cadre d’une aide de la DRAC et de l’Agglomération de la Roche-sur-Yon pour relancer l’activité en septembre après la crise du Covid. Il y a toujours eu une volonté du Fuzz’Yon de faire un festival jeune public et scolaire mais qui n’avait pas été possible auparavant pour des questions budgétaires ou des difficultés d’organisation. Le but était d’offrir ce moment de musique aux enfants après le Covid, et faire la rentrée en musique avec un événement qui concerne le plus de classes possible dans l’école.

Ça a très bien marché l’année dernière : on a eu de très bons retours de la part des écoles et des artistes. La décision a été prise de rendre ce festival pérenne et de le reconduire cette année encore grâce aux aides de la DRAC et de l’agglomération.

En quoi consiste ce festival ?

Estelle : durant quinze jours, seize concerts ont lieu dans huit écoles par quatre groupes différents. Quatre écoles de l’agglomération vont en bénéficier : Anita Conti (La Ferrière), Jean de la Fontaine (Aubigny les Clouzeaux), Rives de l’Yon et Jacques Prévert (Fougeré).

Et quatre écoles de la Roche-sur-Yon : Jean Moulin, Moulin Rouge, Pont Boileau et Laënnec.

On essaie chaque année de changer d’école pour que d’ici quelques temps, tous les scolaires de l’agglomération aient pu voir un concert dans leur école organisé par le Quai M.

Les artistes invité.e.s sont des groupes émergents locaux ou régionaux. Au programme cette année : Coconut, Ella Foy, Lenparrot et Ledeunff.

Les musicien.ne.s professionnel.le.s jouent leur propre répertoire, ce ne sont pas des titres créés spécialement pour le jeune public.

Quelles sont les particularités d’un tel événement ?

Estelle : il faut s’adapter énormément aux contraintes techniques de l’école, au cadre de travail et au rythme scolaire (comme la sieste de l’après-midi). Le Quai M met à disposition le matériel, les techniciens son et lumière. Le concert a souvent lieu dans la salle multi-activités de l’école. Comme il n’y a pas de scène, on utilise du gazon synthétique bleu électrique pour la matérialiser au sol.

J’adore ces moments-là, parce que le temps d’une journée, on vit avec l’école, et on prend toujours un temps d’échange à la fin du concert avec les enfants pour répondre à leurs questions.

En début de concert, je les prépare en leur faisant faire des étirements. Il y en a certains qui assistent pour la première fois à un concert. Ça casse un peu le quotidien de l’école en apportant une autre dynamique à la classe, en proposant un temps particulier.

Voir aussi