ISAAC DELUSION

Photo de l'artiste Isaac Delusion
Julien Mignot
Production : Quai M
QUAI M, Delta - Debout / Assis • Placement libre – Assis-Debout
Si vous aimez : KID FRANCESCOLI / PARCELS / L’IMPERATRICE

Après 3 ans de silence, Isaac Delusion revient avec un quatrième album inespéré. Fondé en 2012, survivant d’une scène française « 2010’s » influencée par les groupes anglo-saxons, le projet s’inscrit dans la durée, quitte à faire figure d’exception dans un monde où tout augmente, sauf la durée de vie des groupes.

Photo de l'artiste Isaac Delusion Photo de l'artiste Isaac Delusion Photo de l'artiste Isaac Delusion Photo de l'artiste Isaac Delusion Photo de l'artiste Isaac Delusion Photo de l'artiste Isaac Delusion Photo de l'artiste Isaac Delusion
Julien Mignot

ISAAC DELUSION

Pour la toute première fois de son histoire, le projet s’est ouvert à des musiciens et producteurs extérieurs au groupe pour finaliser ce 4e opus. La participation sur 6 titres de l’album de LUCASV, architecte du dernier album de Disiz, au projet en témoigne.

La pop, musique intemporelle par excellence, a toujours eu de nombreux fans et le public du groupe lui reste fidèle depuis ses débuts. La pop anglo-saxonne, elle, a ses codes, indémodables. Des codes qu’Isaac Delusion maîtrise à la perfection et complète d’une touche personnelle très forte, mise en lumière par l’empreinte vocale immédiatement reconnaissable de Loïc, chanteur/compositeur du groupe. Ce dernier reconnaît par ailleurs être inspiré par des artistes comme Phoenix, James Blake, Sufjan Stevens ou encore par la folk angélique de Angelo De Augustine, mais c’est plus une question de sensibilité partagée que de références.

Donnant son nom à l’album, le céleste Lost and found occupe forcément une place un peu spéciale. Son évidente mélancolie est contrebalancée par un refrain plein d’espoir. Et si en se perdant, on finissait enfin par se trouver, tant individuellement que collectivement ?