THEE SACRED SOULS

tss_by_gustavo_olivares_1350x1080.png
Production : Quai M
QUAI M, Delta - Debout / Assis
Si vous aimez : BLACK PUMAS / MICHAEL KIWANUKA / LEON BRIDGES

Chez Thee Sacred Souls, la première fois est souvent la bonne. Les premiers singles ont été écoutés plus de dix millions de fois en un an (et ont attiré l'attention des magazines comme Rolling Stone). Aujourd'hui, le trio de San Diego s’apprête à endosser le statut de nouvelle figure majeure de l’écurie Daptone avec un premier album éponyme.

tss_by_gustavo_olivares_1350x1080.png tss_by_gustavo_olivares_1350x1080.png tss_by_gustavo_olivares_1350x1080.png tss_by_gustavo_olivares_1350x1080.png tss_by_gustavo_olivares_1350x1080.png tss_by_gustavo_olivares_1350x1080.png tss_by_gustavo_olivares_1350x1080.png

THEE SACRED SOULS

Il y a quelque chose d'inévitable dans le son de Thee Sacred Souls, comme si Garcia et ses coéquipiers - le bassiste Sal Samano et le chanteur Josh Lane - jouaient ensemble depuis une vie déjà. Produit par Bosco Mann (alias Gabriel Roth, cofondateur de Daptone), Thee Sacred Souls est un disque chaleureux et texturé, qui mêle la grâce facile de la soul des années 60 à l'énergie et au groove du R&B du début des années 70. Les performances sont tout à fait enivrantes, avec la voix en apesanteur de Lane accompagnée de la section rythmique à l'alchimie contagieuse.

On retrouve ici des touches de Philadelphie, de Chicago, de Memphis et même de Panama, et bien qu'il soit tentant de brandir des étiquettes comme "rétro" avec une collection délibérément analogique comme celle-ci, il y a aussi quelque chose de nettement moderne dans le groupe qui défie toute étiquette facile, une brutalité et une sincérité qui transcendent le temps et le lieu.